Pris au piège

« J’ai toujours pensé que les autres possédaient des dons vraiment exceptionnels jusqu’au jour, où je réalisai que moi aussi j’en possédais. Quand je compris que j’étais un don, alors tout autour de moi s’illumina, et enfin j’assumais ma différence, car enfin de compte, le don c’est sacré » Lucie Akouvi Tetey 13/10/2015

 

c'est ça être pris au piège
c’est ça être pris au piège

Poème : Pris au piège

Quand les bruits des mitraillettes tentent d’assassiner ma quiétude,

Je songe déjà à un lendemain plein de certitude

Des nuits sombres, seul dans le noir,

Le cœur en larmes, plein de désespoir,

Je tente en vain d’écrire un poème,

Certes peut-être ma dernière bohême

Mon existence, s’existentialise

Tout mon être s’amenuise

Je sens comme un poids plus léger que le jour,

Je sens tout mon corps en prendre un coup

Désastre ultime !

Désastre désastreux,

Que de doutes n’envahissent mon âme,

Que de larmes ne rendent leurs armes

Dans mes nuits d’espoir, je chavire,

Maisavant de chavirer, je prends le navire

Vers des cieux inconnus, je vogue,

Seul dans tout l’océan, je vogue…

Que de peines me rendent avide,

Que de tristesse me rend le vide

La vie que le vide emporte,

Ma vie, celle que je transporte

Que de désespoir ne tourmente mon espoir,

Et enfin de compte, je suis pris au piège !

Pris au piège, dans un gouffre infernal,

Dans ce gouffre infernal,

Impénétrable,

Qu’assassine à coup de mitraillettes,

Mes années de triste solitude,

Qu’assassinent en vain mes années de solides tues

Pris au piège de n’avoir pas été,

De n’avoir pas été ce qu’en été,

Les touristes attendent de moi..

Pris au piège,

Pris au piège de ces années de douleur,

Ensanglantées de toute part,

De toute cette part d’horreur,

Que nous livre l’auteur inconnu de tous ces meurtres

Pris au piège,

Pris au piège dans un gouffre infernal,

Impénétrable,

Intarissable,

Insaisissable,

Impitoyable,

Que personne ne sait, mais meurtrier,

Que personne ne sait, mais guerrier,

Que personne n’ose affronter

Que personne ne voudrait surmonter

Et on utilise des figures de style pour le qualifier,

On en parle avec tant de simplicité,

On aimerait le tenir en vérité,

Et pouvoir en être héritier

Mais il nous tient en terreur,

Nous crible de malheur

Assiège nos bonheurs,

Et trouble nos heures

Pris au piège, dans ce piège infranchissable,

Que l’amour trouve impénétrable,

Que la vie trouve inchoisissable

Pris au piège, dans ce monde d’assassins

Qu’assassinent nos idées malsaines

Pris au piège dans nos propres figures de style,

Pris au piège dans nos propres figures de style…

LUCIE AKOUVI TETEY, PRIS AU PIÈGE, 13/10/2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *