SECONDE CHANCE, L’aveu… DEUXIÈME PARTIE…

       

Tous les hommes étaient de grands menteurs, on le savait tous. Mais avec Charles tout avait l’air parfait. De leur premier baiser à leur première nuit d’amour , rien ne planait autour de cet amour merveilleux.

Elle se souvient encore de la première fois. C’était certes pas lui son premier homme mais c’était leur première fois à eux ; elle leur appartenait. Et rien ne pouvait ternir cette belle image d’amour.

Couchée sur son lit, les yeux fixés sur son téléphone, elle expia un souffle,comme pour dire enfin ! Il venait de lâcher la bombe qui allait tout remettre en question . De cette seconde chance qu’elle conspira depuis qu’il voulait revenir, il ne resta qu’une once de chagrin. Qu’avait-il bien pu lui avouer ? Que se cachait-il derrière ce coup de fil ???
Et bien !
Elle était enceinte. Il le lui annonçait comme ça, de cette manière si incongrue. Une grossesse ?  C’était à la fois une joie et un malheur pour elle.

Il allait être papa, mais ce ne serait pas elle qui lui procurerait cette joie. Elle l’avait tant voulu ; elle le désirait plus que tout.

Cette seconde chance avait le goût de noces, des retrouvailles certaines. C’était un éclat vif qui renaissait dans ses yeux. Elle l’avait ressenti, pressenti, presque senti. Elle l’avait touché, effleuré, apprécié, juste le temps d’un instant. Mais… Il n’était que leurre ce bonheur. Il n’existait plus…

Les jours qui suivirent, furent les plus rudes. Elle devait encore l’affronter, ce Charles, l’homme qu’elle aimait par delà sa bêtise. Elle devait le revoir, le sentir.

Elle ne pouvait se contenir. Il était bel et bien là devant elle. Il tenait en main un bouquet de fleurs.

Ses mains hésitant encore à prendre le bouquet, ne purent ignorer cette délicatesse qu’il avait dans les mains.
– Que fais-tu là? Balbutia t-elle. Je croyais qu’on s’était to…Elle ne pu continuer car il la tenait déjà dans ses bras.
D’un tendre baiser il anima son coeur. Elle oublia à ce moment tout ce qui se passait. Le temps s’arrêta devant la voluptuosité de cette charmante attraction. Il l’embrassa passionnément comme pour se faire pardonner. Des caresses fusèrent de toutes parts. C’était comme une pluie d’amour qui se déversait sur les deux tourtereaux.
Malgré cette belle attache, elle réussit à se détacher.
– Tu n’aimes plus mes baisers ??? Lui dit-il d’un air inquiet.
– Si. Tu sais à quel point tes baisers me font rougir d’amour pour toi. Mais vois-tu ! Il y a encore cette part d’obscurité qui demeure. Tu ne m’as pas tout dit. Alors que veux tu que je fasse ? Mon corps répond encore à tes baisers mais ma raison… Ma raison,elle, me raisonne. Il y eut un silence. Puis il se décida à se confesser…
– Des explications je veux bien t’en donner. Mais avant, dis moi que tu m’aimes. Quoi que je te dirai, ne me laisses pas sombrer dans ce gouffre que j’ai moi même créé.
– Je te le promets. Alors dis moi… Qu’on en finisse. Il s’en suit une longue lettre comme si les adieux étaient proches. Elle l’écoutait attentivement. Lui, parlait délicatement. Elle voulait le croire sincère mais était-ce vraiment réel ??
– Ma chère Félicité, tu sais que je t’aime, tous les mots ne pourraient le décrire parfaitement cet amour que j’ai pour toi. Mais… Hélas ! Je ne suis qu’un homme fait de chair. Et ma chair m’a conduit dans les bras de Sandra,une amie du quartier. Ça n’a pas vraiment de sens que je t’en parle car tu en souffres déjà, je le sais. Mais, elle est enceinte de moi. Dois-je la rejeter ?? Ou assumer ma faute. Je suis perdu. Les sentiments que j’ai pour toi ne me trompent pas. Je dois faire un choix,et de choix me semble impossible à faire.
Toute cette confession lui pesait. D’une part elle le voulait pour elle, et d’autre part, il y avait un pauvre innocent qui n’avait pas demandé cette situation. Les larmes ruissellèrent sur le visage attristé de Charles. Il était sincère, elle le ressentait. Mais que pouvait elle y faire ?
Lui pardonner et accepter cette situation ? Ou tout simplement l’oublier et essayer de se reconstruire.
Milles et une questions lui trottaient à l’esprit. Elle ne savait que faire. Pour la première fois de sa vie, il lui fallait choisir entre l’amour et la raison. Alors que devait elle faire ??? Elle l’ignorait….

  1. Affaire à suivre….

14 réflexions sur “SECONDE CHANCE, L’aveu… DEUXIÈME PARTIE…

  1. Elle choisira évidemment l’amour. Si vraiment c’est un amour réel elle ne pourra aucunement resister. Rien ne vaut le vrai amour… J’attend la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *